Le Local Coworking, espace de travail idéal au Pays Basque

Le Local Coworking, disponible sur la côte Basque, propose trois, et bientôt cinq espaces de travail en accès libre 24/7 sur abonnement, dans un cadre idéal et chaleureux.

Découvrez dans cette interview quels ont été leurs challenges lors du lancement du Local Coworking, leurs motivations, et pourquoi ils ont choisi la région.

Le Projet

Parlez-nous de vous.

jean_charles_bradesi

Jean-Charles Bradesi

Fondateur du Local Coworking

anais_gaucher_piola

Anaïs Gauche Piola

Fondatrice du Local Coworking

Jean-Charles : Je suis Jean-Charles Bradesi, je suis le fondateur du Local coworking à Biarritz. J’ai également une entreprise familiale dans l’industrie agroalimentaire qui s’appelle MBC. Nous vendons du matériel de chaîne de production dans l’industrie agroalimentaire. 

Anaïs : Je suis Anaïs Gaucher Piola. Je suis arrivée pour la seconde aventure du Local, avec l’ouverture d’un deuxième coworking à Saint-Jean-de-Luz, au mois de juin 2020.  JC avait eu le temps de me parler durant l’année du fonctionnement de Biarritz. Cela m’a permis de préparer avec lui le lancement du Local à Saint-Jean-de-Luz. C’est ma toute première aventure entrepreneuriale !

Avant ça, j’ai travaillé pendant 2 ans dans l’univers de la franchise pour développer des réseaux. J’avais donc une très bonne vision de comment on partait d’un point de vente pour le multiplier. Cela m’a permis de connaître les process nécessaires pour que ça aille plus vite et que ça roule bien tout de suite. 

Nous ne voulions pas pour autant que le Local devienne une franchise car nous n’avons pas besoin d’un nouveau gérant par lieu. Mais c’est le même modèle dans le sens où nous standardisons les choses. Par exemple, les machines à café, les impressions, le mobilier, c’est standardisé. Ainsi lorsqu’on décide d’ouvrir un nouvel espace on ne repart pas d’une page blanche.

Pouvez-vous nous dire un mot sur Le Local Coworking ?

Jean-Charles : Nous ce dont on a envie, c’est de faire du Local Coworking des espaces qui sont toujours dans des endroits et dans des lieux de vie. 

Nous voulons  que nos espaces soient dans des quartiers vivants où il y a un attrait autour. 

On ne veut pas que cela soit un “bureau classique” où on prend sa voiture pour y aller le matin à 8h, puis on la reprend pour repartir à 20h. Nous avons envie que les gens aient l’impression d’aller dans un endroit comme s’ils allaient dans un café.

Anaïs : Cela permet aussi aux gens de pouvoir aller manger à la plage le midi par exemple, ou d’aller faire leurs petites courses.

Jean-Charles : Nous souhaitons aussi que ce soit des lieux en connexion directe avec l’extérieur. Des endroits qui ont pignon sur rue, pour qu’il y ait une connexion avec la vie du quartier et la vie locale. 

Ce qui est important pour nous, c’est le partage. Ça a été plus compliqué avec la crise COVID, car nous ne pouvions pas organiser d’événements. 

Ce qui a lancé le coworking à Biarritz il y a deux ans, c’est justement les amitiés que les gens ont pu tisser très rapidement.  Ils ont partagé leurs expériences professionnelles et leurs loisirs. Ils ont tout de suite communiqué et se sont en quelque sorte approprié le lieu. C’est ce qui a créé cette synergie très appréciable !

Certains sont maintenant amis, d’autres collaborent et travaillent ensemble. 

Nous ce que qu’on aime penser, c’est que certes il y a un coût mensuel à venir au local, mais que ce n’est pas simplement la location d’un poste de travail. C’est aussi un lieu où tu peux rencontrer des personnes, être plus efficace dans ton travail et t’ouvrir des opportunités de business que tu n’aurais pas forcément eu en restant chez toi. 

Nous souhaitons rester sur des prix assez bas pour que les gens se disent que ce n’est pas une charge, mais plutôt un investissement dans leur qualité de vie et leur milieu professionnel.

Pourquoi et comment avez-vous eu l’idée de créer Le Local Coworking ?

 exterieur_le_local_coworking_biarritz

Jean-Charles : Je travaillais dans des bureaux dans les Landes et j’habitais à Biarritz. J’en avais un peu marre de faire des allers retours et de travailler tout seul. Donc j’ai recherché un endroit pour créer un espace de travail et ne plus être seul. 

C’était ça l’objectif de départ : créer un tout petit espace avec quelques personnes pour travailler. De là à en faire un business, ce n’était pas vraiment l’idée première.

Ce que l’on souhaitait, c’était de se sentir bien avec d’autres personnes dans un endroit sympa.

Aussi, quand on est tout seul on est un peu bloqué dans sa bulle, on ne connaît plus que des gens qui travaillent dans son secteur.  J’ai eu la chance d’avoir des bureaux, donc ça me faisait plaisir de pouvoir proposer à d’autres gens qui en avaient besoin, un espace commun pas cher pour travailler. 

Ce qui est vraiment important aussi, c’est que dans l’espace il y ait une personne de référence, pour animer le lieu. Parce que lancer un endroit comme un coworking juste pour qu’il y ait des bureaux, sans aucune animation, ce n’est vraiment pas ce dont nous avions envie. 

Ce que l’on veut pour ces espaces, c’est que les gens viennent au Local par plaisir et parce qu’ils vont voir des gens et pouvoir communiquer. Qu’ils viennent car c’est un endroit et une localisation qui leur plaît. Que ça leur permette aussi de sortir de chez eux.

Quelle est votre vision du travail et des nouveaux espaces de travail aujourd’hui ?

Jean-Charles : Je pense qu’en réalité, aujourd’hui, il existe différentes solutions d’espaces de travail pour chaque besoin. 

Il y a des espaces par exemple, qui vont correspondre à des entreprises qui ont besoin de travailler en équipe, et qui ont besoin de grosses infrastructures pour accueillir leurs clients. 

Ensuite, d’autres ont besoin de bureaux fermés. C’est une demande récurrente. Ces personnes-là ont besoin d’être souvent au téléphone, ou parce qu’elles ne se sentent pas à l’aise dans un open-space.

J’ai aussi l’impression que “les gens ont envie d’avoir une vie au bureau, mais sans les inconvénients de la vie de bureau”… C’est ça qui est bien avec les espaces de coworking. On retrouve un cadre de travail, mais sans les prises de tête d’une vie d’entreprise. 

Anaïs : Effectivement, beaucoup de gens n’ont plus envie de rester à la maison, ils veulent retourner au bureau. Et encore plus avec la crise COVID. Les professionnels ont découvert la possibilité de travailler de chez soi, de faire du télétravail (du remote). Mais en réalité aujourd’hui ils aimeraient avoir le choix de pouvoir y retourner. Donc le Local Coworking, c’est une bonne alternative entre la maison et le bureau à un tarif abordable.

Quels sont les éléments indispensables pour lancer un espace de coworking selon vous ?

Jean-Charles : Je pense que ce qui est le plus important, c’est l’endroit. Il faut qu’il soit chaleureux, bien placé. Que les gens se sentent bien et se disent “cool, j’ai vraiment envie d’y aller”. 

Anaïs : Notre principe, c’est que si les gens ont envie de venir travailler, ils viennent d’eux-mêmes car ils sont attirés par ce que l’endroit peut offrir.

local_coworking_st_jean
le_local_coworking_st_jean_de_luz

Quelles ont été les difficultés rencontrées pour le lancement ? Qu’avez-vous appris ? 

Jean-Charles : La vraie difficulté, c’est de trouver un espace. Aujourd’hui ce que l’on veut ce sont des espaces qui donnent sur la rue et qui sont dans des quartiers vivants. 

Ce sont généralement des anciens commerces. Donc il faut racheter des droits-au-bail, et racheter sur une rentabilité qui est plutôt moyenne, c’est compliqué. La grosse difficulté, c’est de trouver des espaces à des prix abordables et super bien placés. 

La négociation avec les bailleurs, les agents immobiliers et les propriétaires, est, elle aussi, compliquée. Dans cette région on a un prix de l’immobilier proche de l’immobilier parisien avec des loyers de coworking qui sont de province. Donc il faut arriver à combiner les deux pour ne pas se mettre en difficulté. 

Anaïs : Aussi, vu que ce sont des villes plutôt de province, et donc plus petites (Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Bayonne, Hossegor, etc.) tout se passe globalement dans quelques rues. Contrairement aux grandes villes où il y a plein de quartiers vivants différents. Il faut donc vraiment se situer au bon endroit pour que cela soit un succès et ce sont donc des emplacements très prisés. 

Jean-Charles : Une autre difficulté que l’on a rencontrée, bien qu’elle ne soit plus vraiment d’actualité, c’est le turnover au départ. Nos abonnements sont sans engagement, donc les gens avaient tendance à venir pendant un certain temps puis ils décidaient de ne plus prendre d’abonnement pendant quelques semaines ou quelques mois, car ils partaient en vacances ou pour d’autres raisons.

Ce qui a changé aujourd’hui, c’est que l’on est obligé de refuser des demandes au quotidien, car notre taux de remplissage est toujours au maximum. Donc ça dissuade certaines personnes d’arrêter momentanément leur abonnement par peur de ne pas retrouver une place par la suite. 

Mais finalement, la prise de décision de s’abonner est aussi plus facile avec le fait de pouvoir se désabonner facilement. C’est donc un avantage commercial. 

C’est aussi difficile de dire non aux gens quand on est complet. Mais ce à quoi on pense en priorité, c’est le confort des personnes que l’on a déjà avec nous. Nous voulons que si tout le monde vient en même temps, il faut que ça reste confortable.

Pourquoi avoir choisi le Pays-Basque pour lancer des espaces de coworking ? 

Jean-Charles : Déjà parce que nous habitons ici ! 🙂 Mais aussi car la région est assez en vogue. Il y a de plus en plus de personnes qui viennent vivre et travailler ici. Il y a un aéroport, on est à 4h00 de Paris en TGV. La logistique est donc plutôt très propice au développement des entreprises. Il y a aussi l’Espagne à deux pas, c’est comme si nous étions au centre de deux grands pays. 

Des espaces comme le coworking ou les centres d’affaires, permettent à des entrepreneurs de s’installer ou à des personnes originaires du Pays Basque de revenir travailler ici. Beaucoup de personnes sont parties car il n’y avait avant pas de travail. Cela permet de recréer une dynamique économique très importante.

Le Local Coworking

À qui est-il destiné ?

Jean-Charles : Le type de profil le plus présent, ce sont les entrepreneurs. Mais ce n’est pas forcément des gens qui travaillent seul. Il y a de plus en plus de personnes depuis le covid, qui sont salariées en “remote”, ou des entrepreneurs qui vivent dans le coin, mais qui ont une entreprise ailleurs en France. Par contre, ils ne travaillent pas en équipe au sein même du coworking. Pour nous clairement, ce serait plus compliqué, notre infrastructure ne le permet pas (une seule salle de réunion par coworking).

Pouvez-vous nous décrire l’ambiance au Local Coworking ?

Jean-Charles : Pour nous ce qui est important, et qui fait la différence d’un espace à un autre, c’est l’atmosphère qui y règne. Au Local Coworking on a une communauté de personnes ouvertes, qui ont envie de partager. C’est très convivial, et une réelle synergie se crée.

C’est aussi pour cela que nous ne proposons pas de location à la journée. Cela évite que les gens viennent au goutte-à-goutte. Cela laisserait de côté la synergie qui se crée au local. Et on perdrait tout ce que l’on a essayé de créer au départ dans le coworking dans le quartier beaurivage de Biarritz. 

Parlez-nous de la communauté du Local Coworking : qui est-elle ?

Jean-Charles : Ce sont des gens qui travaillent énormément dans le digital. Certains travaillent aussi dans la production, création, mais cela reste très fortement lié aux secteurs du digital. Je pensais en créant ce genre d’espace au début, qu’il y aurait des designers et des gens qui créent des petites marques ou des graphistes. Mais finalement nous n’en n’avons pas tant que ça.

Anaïs : Le local est aussi peut-être moins adapté à ce type d’activités. Lorsque tu es designer ou graphiste, tu as souvent besoin de pas mal de matériel et d’écrans. Mais certaines personnes demandent à venir avec des écrans ce qui ne nous pose aucun problème. On demande juste à ce qu’ils les enlèvent de leur place le soir et qu’ils les mettent dans un coin du local pour que ce soit plus pratique pour tout le monde. 

Jean-Charles : La communauté du Local Coworking est aussi très variée en ce qui concerne le type de profil. On ne voulait surtout pas que ce soit vu comme un espace “Hype”, destiné uniquement à une certaine population ou élite. Au contraire, toute personne est la bienvenue et sera bien accueillie par les autres coworkers.

le_local_coworking_exterieur
terrasse_local_coworking

Quelles sont les relations entre les coworkers ?

Anaïs : Pour définir les relations entre les coworkers, c’est un peu comme si nous avions recréé la bonne ambiance d’une salle de classe… Il y a des petits potins, des chamailleries et des rigolades, mais les gens sont quand même globalement sérieux et travailleurs. 🙂

À Biarritz, les coworkers sont très attachés à leur lieu de travail. On peut sentir qu’il y plane des habitudes, que les gens se connaissent plutôt bien. Il y a un sentiment d’appartenance. Certaines personnes déposent un petit objet personnel qu’ils laissent là, et qui montre qu’ils se sentent comme chez eux.

Ils se rendent service et sortent souvent en fin de journée, boire un verre à la Côte des Basques de façon improvisée. 

À Saint-Jean-de-Luz on est en train de créer un café à côté du Local Coworking, et ça va aussi amener d’autres relations. Les gens pourront discuter autour d’un café et s’y retrouver facilement, nous avons hâte de pouvoir ouvrir ! 

Comment l’aménagement des locaux a-t-il été réfléchi pour que vos coworkers s’y sentent au mieux ?

Anaïs : Tout d’abord, c’est un choix que nous avons fait d’avoir des open-space et non pas des bureaux fermés, pour faciliter la cohésion. Aussi, la partie cuisine est chaleureuse pour que les gens puissent se retrouver facilement pour un café, à l’heure du déjeuner, etc. On a aussi mis des tableaux et des décorations discrètes, pour qu’on se sente comme dans un petit cocon.

Jean-Charles : Oui, nous avons choisi un mobilier, pour se sentir un peu comme à la maison. On voulait des choses assez simples, jolies et confortables, pour que les gens se sentent bien. On souhaitait surtout éviter du mobilier avec des genres de cloisons par exemple, où chacun à sa place attitrée et n’est pas libre de disposer ses affaires comme il le souhaite. Là, quand on s’installe, on se sent chez soi, et ça crée de la vie.

Le choix d’avoir mis des cabines phoniques dans tous les espaces que nous créons est aussi indispensable, pour que les gens puissent téléphoner sans déranger les autres. 

tables_local_coworking

Utilisez-vous des outils pour communiquer sur Le Local Coworking ? Lesquels ?

Jean-Charles : On utilise majoritairement Instagram, mais on commence un peu à utiliser Facebook et LinkedIn. C’est important aujourd’hui d’être présent sur ces plateformes. Il y a des personnes qui ne pensaient même pas qu’il pouvait y avoir un Coworking à Saint-Jean-de-Luz. Donc communiquer là-dessus c’est aussi faire savoir aux gens que c’est possible, et qu’ils sont les bienvenus.

Le futur du Local Coworking

Pouvez-vous nous parler de vos futurs projets pour Le Local Coworking ?

Jean-Charles : Dans nos futurs projets on va ouvrir un nouveau Local à Bayonne, c’est une ville que j’adore !  

Ensuite, on va aussi créer un autre espace à Hossegor (dans les Landes). Puis sûrement un autre dans le centre-ville de Biarritz. Actuellement, nous nous trouvons en plein cœur de Beaurivage, à 2 minutes à pied de la Côte des Basques et de Etxola Bibi

Ce qui est aussi important pour nous, c’est de créer une marque « Le Local ». Que les coworkers puissent profiter des différents espaces de la région avec un seul et même abonnement. Ce que l’on aimerait beaucoup aussi, ce serait avoir tous nos lieux avec des coffee shop/ épicerie à côté, comme nous sommes actuellement en train de mettre en place à Saint-Jean-de-Luz.

Un dernier mot ?

Jean-Charles : L’idée, c’est que l’on devienne incontournable dans le coin et que les gens se disent « j’ai envie d’un endroit cool où aller travailler, je choisis Le Local ». 

Rejoindre Le Local Coworking

local_coworking_biarritz

10 Rue Harispe, 

64200 Biarritz

travailleurs_heureux_le_local_coworking

9 Avenue Jaureguiberry, 

64500 Saint-Jean-de-Luz

Contact :

06 42 66 08 36

contact@le-local-coworking.com

Demandez une visite

Découvrez aussi l’expérience de nos clients, locataires de bureaux privés.

Retour aux actualités